Accueil du site | Accessibilité | Rechercher | Menu | Contenu | Plan du site | | Contact

PCF LAVAUR

PCF LAVAUR

 
Statistiques du site
Visites :
36 visiteur(s) connecté(s)
10 visiteurs par jour
30771 visiteurs depuis le début
Publication :
187 Articles
7 Brèves
5 Sites référencés

Le PCF pour la fermeture de l’EPM

13 juin 2008


Jeudi 5 juin une centaine de personnes ont participé à une réunion animée par la sénatrice communiste Nicole Borvo.

Le PCF qui a participé aux actions menées par le Collectif anti-EPM pendant 3 ans contre l’ouverture de la prison entend continuer l’action pour obtenir la fermeture de l’EPM ici et ailleurs.

Un an après l’ouverture de l’établissement, la preuve est faite qu’on ne peut pas éduquer en prison : des violences de tous ordres se multiplient, des quartiers d’isolement ont été créés au sein de l’établissement (la prison dans la prison).

Les prisons ont été construites avec l’argent que l’Etat a retiré aux foyers éducatifs qui ferment les uns après les autres. Or ce n’est que dans un foyer ouvert qu’on apprend peu à peu à faire les bons choix. En prison, la journée est minutieusement réglée. En sortant , les jeunes n’auront pas appris à ne pas se laisser entraîner dans des « coups foireux ».

Dire que la prison permet de rattraper un retard scolaire de plusieurs années en deux ou trois mois relève de la supercherie. Il est scandaleux que ce gouvernement et le député-maire de Lavaur qui suppriment en cinq ans 100 000 postes d’enseignants fassent semblant de se soucier de l’échec scolaire. Faudra-t-il aller en prison pour avoir des enseignants ?

Ce qu’il faut faire :

-  dans l’immédiat : fermer tous les EPM et renforcer les moyens des foyers éducatifs de la PJJ.(protection judiciaire de la jeunesse) et associations habilitées.

-  s’attaquer au chômage, au temps partiel imposé, aux bas salaires qui dévalorisent les parents, aux mauvaises conditions de travail, au stress et aux humiliations des employeurs qui rendent parfois indisponibles les parents pour leurs enfants

-  apporter un soutien moral et financier aux familles dans la détresse au lieu de les culpabiliser

-  renforcer les équipes éducatives (enseignants, psychologues, médecins etc) pour prendre en charge les enfants en difficulté dès le plus jeune âge.

Les enfants qui ont recours à la violence, ce sont souvent des enfants qui en ont été victimes et qui l’ont reproduite. Leur nombre est très restreint mais ils font partie des trop nombreux enfants en difficultés dont les élus qui nous dirigent se désintéressent totalement jusqu’à ce qu’ils aient commis un délit.

Depuis plusieurs années le nombre de familles en grande difficulté s’accroît (8 millions de personnes au-dessous du seuil de pauvreté en France dont plusieurs centaines à Lavaur).

Le gouvernement mène une politique pour le compte des familles les plus riches : les délinquants en col blanc peuvent détourner de l’argent en toute impunité.

Les deux actes emblématiques du député-maire, c’est l’arrêté anti-SDF et la prison pour mineurs. Plutôt que de s’attaquer à la pauvreté, il s’attaque aux pauvres.

Plutôt que de faire une politique qui permette à chacun de vivre dignement et d’élever ses enfants, il préfère les coups médiatiques avec M. Drucker.

C’est pourquoi nous vous invitons à continuer l’action pour la fermeture des EPM et la mise en place d’une politique qui s’attaque aux inégalités sociales.

Christiane Odetti Conseillère municipale communiste et la section de Lavaur du PCF


calle

calle