Accueil du site | Accessibilité | Rechercher | Menu | Contenu | Plan du site | | Contact

PCF LAVAUR

PCF LAVAUR

 
Statistiques du site
Visites :
21 visiteur(s) connecté(s)
69 visiteurs par jour
31735 visiteurs depuis le début
Publication :
188 Articles
7 Brèves
5 Sites référencés

APRES LE 24 JUIN

1er juillet 2006 - Dernier ajout 7 février 2009


Les opposants appellent à continuer l’action !

Plus de cent personnes ont participé samedi à la marche contre l’EPM. 

Les mêmes et d’autres ont ensuite assisté à l’intervention, d’Elise YVOREL, historienne.

Elle a retracé les diverses formes d’enfermement des mineurs au XXème siècle, la réalité de ce qu’ils y vivent, le constat d’échec et la recherche d’autres formes de punitions, davantage respectueuses de la dignité humaine.

Ensuite Gabriel MOUESCA, président de l’Observatoire International des Prisons,(auteur de « La nuque raide ») a plus particulièrement parlé des jeunes étrangers incarcérés dont l’âge déterminé par test osseux est parfois inférieur à 13 ans. Il a répondu aux arguments des défenseurs de la prison pour mineurs :

· Il ne s’agit pas de donner une deuxième chance à des jeunes alors même qu’ils n’ont pas eu la première. -Les jeunes enfermés sont des jeunes déjà broyés par ce qu’ils ont vécu. C’est la misère qu’on enferme !Des enfants souvent issus du tiers et du quart-monde qui n’ont jamais eu la moindre chance de s’en sortir et leurs parents non plus.

· 90 % du coût pour la société des délits provient de la délinquance en col blanc, celle qu’on n’enferme pas ou peu.

· 70 % des jeunes enfermés récidivent et peuvent devenir des délinquants adultes aguerris. La prison, c’est l’humiliation, la violence, la haine. Ce n’est pas avec ces ingrédients que l’on peut réinsérer quelqu’un dans la société. La prison déshumanise et humilie. La prison pour mineurs est une bombe à retardement pour la société.

Il s’est félicité de ne pas avoir les mêmes valeurs que ceux qui participent à la destruction de ces mineurs, sans s’attaquer aux causes qui les conduisent à déraper : le développement du chômage, la réduction des moyens en matière de santé publique et de logement social ont produit des générations de personnes laissées de côté, poussées à vivre en marge jusqu’à la case prison.

Il faut une meilleure prévention et une meilleure justice sociale si on veut garantir à tous et toutes le droit de vivre en sécurité.

Quelques rappels :

L’E.P.M. est un établissement pénitentiaire pour mineurs, pas un établissement éducatif.

La délinquance a augmenté, selon les chiffres officiels, c’est la preuve que la politique du tout-répressif est un échec.

Compter sur la prison pour relancer l’économie, c’est considérer que l’être humain est secondaire ; Le député-maire avait promis la création de 400 emplois industriels, il nous apporte la prison (avec un nombre d’emplois quasi-inexistant)

Réponse à l’article de M. CARAYON :

« 45 participants, dont la plupart ne résident pas à LAVAUR », M. Carayon a dû confondre les manifestants et les gendarmes et policiers étonnamment nombreux pour accueillir la marche, et a oublié que cette prison concerne tout le midi de la France avec celle de Marseille ! Pourquoi s’énerver après ce « fiasco total » ?


calle

calle