Accueil du site | Accessibilité | Rechercher | Menu | Contenu | Plan du site | | Contact

PCF LAVAUR

PCF LAVAUR

 
Statistiques du site
Visites :
36 visiteur(s) connecté(s)
10 visiteurs par jour
30771 visiteurs depuis le début
Publication :
187 Articles
7 Brèves
5 Sites référencés

LA PRISON SORT DE TERRE !

25 janvier 2006


Janvier 2006 : le chantier de construction de la prison des mineurs de Lavaur débute...

12 ou 14 millions d’euros de murs pour enfermer des enfants.

Il est encore temps de réagir !

Depuis 1 an et demi, le collectif contre la prison pour mineurs*, (qui a recueilli 2500 signatures) a engagé une mobilisation citoyenne de jeunes et moins jeunes, d’habitants de Lavaur, de professionnels de l’enfance pour combattre l’aberration de cette construction pour différentes raisons :

o Cette prison fait double emploi puisqu’un équipement neuf, utilisé depuis 3 ans à 30 % de ses capacités, existe à la Maison d’Arrêt de Seysses. Dans le domaine de la santé, viendrait-il à l’idée de l’ARH (Agence Régionale d’Hospitalisation) de construire deux hôpitaux pour enfants à 40 kilomètres de distance... ?

o Pour séduire , la prison pour enfants sera dotée d’équipements pédagogiques et sportifs qui n’existent nulle part ailleurs. C’est est d’autant plus démagogique que les quartiers et les petites villes dont sont issus les jeunes qui fréquenteront la prison en sont totalement dépourvus !

o Les mineurs détenus seront originaires des régions Midi Pyrénées, Languedoc Roussillon, Aquitaine et autres... Comment le lien peut-il être maintenu avec des familles modestes qui devront parcourir 300 ou 400 kilomètres par semaine pour un parloir avec leur enfant ?

o L’incarcération des enfants va aggraver des ruptures familiales et appauvrir les familles.

o Une cherté honteuse (12 millions ou 14...) au moment où les écoles élémentaires, les collèges et lycées se délabrent ainsi que les clubs de prévention ; Les associations licencient, réduisent leurs activités ou ferment tout simplement puisque les subventions Etat ne sont plus attribuées. Un coût de fonctionnement journalier qui fait frémir pour des résultats presque nuls quand on sait que la récidive (nouveau délit) d’un ancien prisonnier mineur est de 70 %. En outre, il est prévu 150 personnels (emplois locaux quasi inexistants) pour prendre en charge 60 mineurs... des conditions exceptionnelles, comme on le voit que ne connaissent ni école primaire, ni collège, ni lycée.

o L’enfermement crée de façon intrinsèque la violence et demeure l’école du crime. Il diminue le potentiel de réinsertion des personnes concernées (voir les deux études parues dans la presse en mai 2005 « Sortants de prison : variabilité des risques de retour » de P. Tournier, chercheur et d’A. Kensey, démographe à l’Administration pénitentiaire).

La systématisation des fichiers informatiques fera que le mineur incarcéré quelques semaines, ne pourra plus jamais prétendre à bon nombre de métiers, y compris des métiers de bas niveau.

Dans le même temps, le secteur associatif habilité justice chargé de la prise en charge de l’enfance en danger et des mineurs délinquants subit une réduction de 30 % de ses financements. L’année 2006 s’annonce encore plus catastrophique.

La Protection Judiciaire de la Jeunesse commence à fermer ses structures d’hébergement éducatif (trois en quelques mois). La prison pour enfants va être financée avec cet argent. En favorisant cette construction, le député maire de Lavaur, soutient la politique ultra répressive menée depuis 5 ans qui aggrave les problèmes au lieu de les résoudre.

Alors, en toute connaissance de cause, il est encore temps de dénoncer cette construction aberrante, chère, inadaptée en interpellant le député maire de Lavaur, les élus de proximité...Une prison n’est pas n’importe quelle construction.

Une clinique peut être transformée en école, une prison ne sera jamais transformable en maison de retraite. Elle s’imposera avec ses enfants détenus qui pour la plupart d’entre eux ne connaîtront jamais d’insertion dans la société.

* L.D.H ; SNPES PJJ-FSU ; Syndi..Magistrat.. ; L.C.R. ; P.C.F. ; Ras L’Front


calle

calle