Accueil du site | Accessibilité | Rechercher | Menu | Contenu | Plan du site | | Contact

PCF LAVAUR

PCF LAVAUR

 
Statistiques du site
Visites :
21 visiteur(s) connecté(s)
69 visiteurs par jour
31735 visiteurs depuis le début
Publication :
188 Articles
7 Brèves
5 Sites référencés

F. Hollande et l"Entente cordiale" avec l’Arabie Saoudite

6 janvier 2014

une leçon d’hypocrisie en sept temps


Article AC pour http://solidarite-internationale-pc...

Ce week-end François Hollande continuait sa tournée des États réactionnaires de la région, après les Émirats arabes unis, Israël ou le Qatar récemment, désormais l’Arabie saoudite, l’occasion de génuflexion devant la sinistre dynastie des Saoud.

François Hollande a salué « la sagesse » du roi Abdallah, rappelé l’ « entente » entre la France et l’Arabie saoudite, appelé à trouver des « solutions modérées » aux crises régionales, sur lesquelles les deux pays « sont pleinement d’accord ».

De qui se moque-t-on ? Le discours plein d’hypocrisie – ou peut-être de vérité – du président socialiste tranche avec la réalité de la politique saoudienne, interne et extérieure.

1er temps : « la diplomatie des droits de l’Homme et de la démocratie » … s’arrête aux portes de Riyad

Hollande disait faire de la « diplomatie des droits de l’Homme et de la démocratie sa priorité » … mais ça s’était hier, en Libye, au Mali, en Syrie.

Et à Riyad ? François pourquoi tu tousses ? Juste, l’Arabie saoudite est une monarchie absolue de droit divin, dont le système juridique repose sur la charia.

Rappelons que l’Arabie saoudite fut le seul pays en 1948 (avec l’Afrique du sud de l’apartheid) à s’opposer, par principe, à la Déclaration universelle des Droits de l’Homme. Notamment parce qu’elle garantissait l’égalité homme-femme.

Aujourd’hui encore, il n’y aucun parti politique, aucune élection nationale, aucune liberté de réunion, de la presse, d’expression : toute critique de la religion est un blasphème, celle du régime un crime de lèse-majesté.

Depuis 2011, la vague des dites « révoltes arabes » a touché l’Arabie saoudite, malgré la censure et une répression féroce qui a fait au moins 17 morts et une centaine de blessés sérieux. Aucune inquiétude pour les occidentaux : l’ordre règne à Riyad.

2 ème temps : « le ministère du droit des femmes » … à Paris

Hollande disait faire de sa priorité la « défense des droits des femmes » avec le ministère confié à la potiche Belkacem. Pour l’égalité salariale, la lutte contre les temps partiels, elles pourront repasser.

Cette même Najat Belkacem qui trouvait qu’entre Qatar et les droits des femmes, il n’y avait pas de contradiction. Et l’Arabie saoudite ? Un pays où chaque femme est « mineure » à vie, sous la dépendance d’un tuteur (kafil) masculin qui prend toutes les décisions à leur place.

En Arabie saoudite, les femmes ne peuvent travailler, étudier, voyager sans autorisation de leur kafil. Elles sont mêmes interdites de conduire. Le mouvement pour permettre aux femmes de conduire est devenu le symbole de la lutte pour la liberté en terre saoudienne.

En 2013, le film « Wadjda » racontait l’histoire douloureuse des femmes en lutte pour l’égalité, avec la fiction d’une jeune fille décidée à faire du vélo malgré l’interdit … c’était le premier film tourné par une saoudienne. La sortie du Moyen-âge est encore longue.

3 ème temps : où sont les homosexuels en Arabie saoudite ?

Hollande a été prompt et pesant pour agiter en France la diversion du « mariage pour tous », détournant le droit des homosexuels à vivre leur différence, pour mieux faire passer la normalisation de cette institution conservatrice qu’est le mariage.

Mais en Arabie saoudite, être homosexuel est un crime passible de peines de prison allant de plusieurs semaines à plusieurs mois, de coups de fouets voire de la peine de mort.

La sodomie (liwat) est un crime grave selon la tradition remontant au XI ème siècle, servant de base juridique à l’Arabie saoudite, dont le châtiment est : lapidation jusqu’à la mort. Pourquoi Hollande n’a en a pas dit un mot aux dirigeants saoudiens face à ces châtiments d’un autre temps ?

4ème temps : dénoncer l’anti-sémitisme depuis Riyad, un comble !

François Hollande, le tartuffe, se permet de dénoncer « l’anti-sémitisme » depuis Riyad.

L’Arabie saoudite est un pays où l’Islam est religion d’État, bénéficiant d’une « police religieuse », la muttawa, chargée de faire respecter la morale pudibonde. Toute personne non-musulmane, ou non-sunnite, n’a aucun droit à sa défense, son témoignage aucune foi face à la « justice ».

Surtout, la liberté de culte et même de conscience – religieuse ou politique – est combattue en Arabie saoudite wahhabite, cette branche particulièrement fondamentaliste de l’Islam.

Les chiites sont victimes de discriminations économiques et politiques (certains parlent d’ « apartheid religieux »), les catholiques victimes de tentatives de conversion forcée, tandis que les Juifs sont privés d’entrée dans le royaume, passible si découverts de la peine de mort !

Cet anti-sémitisme viscéral cohabite néanmoins avec une « entente cordiale » avec l’Etat sioniste israélien, les deux Etats ayant les mêmes objectifs communs : détruire les Etats laics, la puissance chiite iranienne, balkaniser et semer le chaos dans la région en alliance avec les Etats-unis.

La coexistence de l’anti-sémitisme et du philo-sionisme n’est pas une nouveauté.

On sait que l’Allemagne nazie avait d’abord tenté de négocier avec les sionistes une « déportation » en Palestine ou à Madagsacar, tandis que le Parti national sud-africain pro-apatheid avait fait passer des lois anti-sémites (Alien act) … tout en nouant une alliance stratégique avec Israel !

5ème temps : défendre la paix chez le principal trafiquant d’armes de la région

François Hollande prétend défendre la « paix » dans la région avec l’État saoudien.

Avec l’Arabie saoudite belliciste, c’est un comble. Le pays est le deuxième au monde (derrière la Corée du nord) pour ses dépenses militaires rapportées au PIB : 11,5 % pour l’armée, c’est le 8 ème pays pour ses dépenses militaires, devant l’Italie, l’Inde ou le Brésil !

L’armée saoudienne est le « gendarme du Moyen-orient » avec son armée de 650 000 hommes lourdement équipée en matériel high-tech : chars d’assaut, avions de chasse, missiles sol-air, lance-roquettes multiples, hélicoptères de combat.

Qui est le premier fournisseur de l’Arabie saoudite ? La France des droits de l’Homme qui en 2010 a fourni 70 % du matériel saoudien, pour 2,2 milliards de $ sur 3,1 milliards d’achats saoudiens loin devant l’Italie et la Grande-Bretagne, qui tournent à 300 millions de $.

On sait désormais que le roi Abdallah d’Arabie saoudite monte sur pied, avec ses alliés du Conseil de coopération du Golfe (CCG) une armée de 100 000 hommes pour aller épauler les dits « combattants de la liberté » en Syrie qui décapitent leurs opposants. Drôle de pacifistes.

Hasard fortuit également. Juste après la mort de Mohammed Shatah au Liban, l’Arabie saoudite promet à la France d’apporter une aide à l’armée libanaise pour qu’elle se finance … en armes françaises. Le hasard fait bien les choses, jusqu’à dire que les Saoudiens seraient derrière le coup.

6ème temps : je déclare la guerre aux terroristes au Mali … et fais des courbettes à ceux qui les financent !

Au Mali on a fait une guerre « aux terroristes islamistes », et en Arabie saoudite, on tourne la tête.

Il est de notoriété publique que l’Arabie saoudite est, avec le Qatar, le principal soutien financier, logistique et politique des groupes terroristes islamistes dans le monde. En Egypte, en Tunisie, en Libye, au Mali, en Afghanistan, les groupes salafistes sont financés par les deniers saoudiens.

Tout comme le Pakistan, l’Arabie saoudite joue double jeu (ou son jeu tout court) avec Al Qaeda : condamnation formelle, soutien en sous-main. Oussama ben Laden était lui-même un produit de la caste au pouvoir, dont le djihad en Afghanistan fut financé par les Saoudiens.

En Syrie, l’ « Armée syrienne libre » totalement noyautée par les islamistes d’Al-Nosra (proche d’Al Qaeda) est financée largement par les Saoudiens, qui ont même pris le dessus sur leur rival qatari.

Il y a quelques mois l’Arabie saoudite avait utilisé la menace de ses chiens de garde salafistes contre la … Russie, promettant si cette dernière lâchait la Syrie « de contrôler les terroristes tchétchènes, qui sont à nous, pour les Jeux olympiques de l’an prochain ».

Tout ce qui se passe à Volgograd est un pur hasard naturellement.

7ème temps : quel soutien aux « révolutions arabes » chez le gendarme du Moyen-orient ?

La France déclare soutenir les « révolutions arabes » …

… Enfin en Libye et en Syrie, c’est-à-dire celles qui n’en sont pas, les sécessions armées soutenues par les Saoudiens. En Egypte comme en Tunisie, dans un premier temps, on a soutenu nos dictateurs comme Ben Ali, auquel on souhaitait apporter un soutien armé !

L’Arabie saoudite, phare des révolutions ? Rions ensemble. Outre que les Saoud traitent leurs propres manifestants à coups de canons (avec nos véhicules blindés AMX-30, vive la France !), ils jouent les gendarmes de la région, force armée du Conseil de coopération du Golfe (CCG).

Ainsi en 2011, l’Etat voisin du Bahrein, seul État – hors Arabie saoudite – à disposer d’une majorité de nationaux, qui plus est chiites donc discriminés, a connu des manifestations inédites dans le Golfe persique qui ont pu mobiliser jusqu’à 500 000 manifestants.

Le pouvoir débordé est au bord de l’implosion, le patronat en appelle directement au CCG. Les chars saoudiens entrent dans la capitale, détruisent le monument de la « place de la Perle » symbole de la révolte, et tuent entre 60 et 80 manifestants. L’ordre règne à Manama, comme à Riyad.

Alors, de qui se moque-t-on ? Combien de temps va-t-on abuser de notre prétendue crédulité ? François Hollande agit plus que jamais en commis des grands monopoles français, en représentant de l’impérialisme français, subordonné à l’impérialisme nord-américain.

Dans les valises de François Hollande : les PDG de Thalès, Areva, la SNCF, EDF, Veolia, des représentants de Sanofi, GDF, Vinci, la BNP. Alstom a déjà gagné le projet de métro à Riyad, Total la raffinerie de Jubail.

Les prochains contrats sentent bon la « paix » et la « démocratie » : un projet de défense aérienne avec Thalès (4 milliards d’€), un autre de frégates et sous-marins (15-20 milliards), enfin la construction de 16 centrales nucléaires, sur lesquelles EDF et Areva entendent au portillon.

Stop à l’hypocrisie ! Hollande ne fait plus illusion. Menons campagne chez nous contre ce va-t-en guerre : pas un sou, pas un soldat pour les aventures impérialistes à l’étranger ! Pas un contrat pour financer des dictatures responsables du chaos dans la région !


calle

calle