Accueil du site | Accessibilité | Rechercher | Menu | Contenu | Plan du site | | Contact

PCF LAVAUR

PCF LAVAUR

 
Statistiques du site
Visites :
161 visiteur(s) connecté(s)
15 visiteurs par jour
28279 visiteurs depuis le début
Publication :
184 Articles
6 Brèves
5 Sites référencés

conférence de presse d’ASSAN AHARATH

26 septembre 2011


Hassan AHARATH, secrétaire général de l’Association marocaine des droits humains, ancien détenu politique qui a fait pendant six ans la grève de la faim était l’invité d’honneur de la fédération du Tarn du PCF. C’est à son siège qu’il a tenu une conférence de presse.

« Je considère cette rencontre comme une traduction significative de notre ambition et de notre implication, en tant que militants communistes, pour un nouveau monde démocratique socialiste à horizon communiste, un monde sans exploitation, un monde qui valorise l’humain, respecte sa dignité, ses droits politiques, économiques, sociaux et culturels, dans leur globalité et universalité. »

Il a d’abord tenu à saluer les sacrifices des peuples en Tunisie et en Egypte et des autres pays ainsi que les martyrs et détenus politiques au Maroc. Voici quelques extraits :

« Les peuples de cette région du monde se sont sacrifiés dans le passé et ont œuvré , à plusieurs reprises, pour renverser les régimes réactionnaires en place. Mais malgré tous les sacrifices, les souffrances s’aggravaient, les plaies s’ouvraient en profondeur : misère économique et sociale, arrestations massives, tueries, kidnappings et autres crimes contre l’humanité ont été commis au su et au vu des Nations Unies, des USA, de l’U.E., de la France et du monde entier .Les soulèvements en Tunisie et ailleurs dans la région sont le résultat de luttes de longue haleine. Les masses populaires et les jeunes, ont quitté la peur et se sont accrochés à l’avenir. »

« Les peuples de Tunisie et d’Egypte ont créé de vraies épopées. Mais ce qui est dangereux, c’est primo de ne pas aller jusqu’au bout. Comment ?

En Egypte et en Tunisie , ce sont les mêmes régimes qui continuent d’exister. Seules les têtes de ces régimes et quelques autres symboles ont été limogés. Ce sont les mêmes orientations politiques, économiques et militaires c’est à dire les mêmes conditions de vie. L’absence atroce, abominable de forces politiques, dérangeantes, qui luttent réellement contre ces régimes, revient essentiellement aux années de plomb, de répression, d’asservissement exercés par ces régimes avec le fort soutien des forces étrangères. C’est au nom même de ces intérêts que ces dernières ont lâché leurs amis et alliés.. Le plus dangereux c’est que la faiblesse des forces politiques fait que l’administration et la gestion de la prochaine période sont aux mains des anciennes figures complices à des niveaux différents des atrocités du passé, sous l’égide et l’orientation de l’extérieur, premier à bénéficier de la situation. Quant aux Frères Musulmans en Egypte, c’est une organisation complice avec le régime Moubarak et toujours prête aux compromissions afin de faire perdurer les difficiles conditions de vie des masses populaires en Egypte. C’est presque le même cas concernant le parti islamiste Ennahda en Tunisie.

Secondo : L’intervention de l’extérieur (USA, France…..) politique et militaire. Le cas de la Libye ne laisse aucune illusion, c’est l’OTAN qui a mis fin au régime despotique de Kadafi et non le peuple libyen ».

Où sont les medias pour démasquer l’intervention de l’Arabie Saoudite au Bahrein ? Les USA s’orientent vers la Libye et la Syrie en marchant sur les dépouilles de Ben Ali et de Moubarak. Ecraser franchement la Libye ou la Syrie signifie un autre Irak ou autrement d’autres Sadam .Ainsi passer par la Tunisie et l’Egypte évite certainement le soutien et la solidarité et est un moyen d’endormir les peuples de la région.

Dans un deuxième temps, il évoqué le cas du Maroc :

« Les medias, par exemple la chaine Aldjésira et les gouvernements des USA et de France sont restés silencieux sur le cas du Maroc ; pourtant le Maroc a connu plusieurs immolations par le feu, il a connu aussi des arrestations de la torture, des jugements sommaires et des assassinats au sein des manifestations du mouvement du 20 février. Ce qui est nouveau c’est que ces manifestations sont devenues régulières et se sont déclenchées dans toutes les villes et villages marocains, malgré l’oppression et les menaces. Des slogans contre les responsables marocains complices de corruption et aussi, à échelle réduite, les slogans pour renverser le régime. Cela a un fort impact sur l’agenda du régime, à titre d’exemple, le boycott de la comédie du référendum sur la nouvelle constitution. Les revendications du mouvement du 20 février au Maroc : stopper l’humiliation, l’oppression, les fraudes et la corruption, stopper la cherté de la vie, les bas salaires, la pauvreté, et la faim, stopper la dégradation des services publics, réclamer l’enseignement gratuit, la santé, le travail, la vie dans la dignité et le logement décent, réclamer la liberté d’expression et d’opinion. »

Des problématiques complexes sont posées : l’appel à une monarchie parlementaire (les forces démocratiques appellent au boycott des élections législatives de novembre prochain) et la question de l’alliance avec les forces islamistes responsables de l’assassinat d’un grand nombre de militants de gauche.

Pour terminer, il a remis à la presse un rapport concernant les violations commises au Maroc par le régime depuis le 20/02/2011 et une liste des détenus politiques .


calle

calle