Accueil du site | Accessibilité | Rechercher | Menu | Contenu | Plan du site | | Contact

PCF LAVAUR

PCF LAVAUR

 
Statistiques du site
Visites :
4 visiteur(s) connecté(s)
20 visiteurs par jour
33760 visiteurs depuis le début
Publication :
193 Articles
7 Brèves
5 Sites référencés

MISE AU POINT D’ERIC JALADE : secrétaire départemental du PCF et membre du Conseil National du PCF

16 mars 2011


ELECTIONS CANTONALES – Canton de Saint-Paul-Cap de Joux.

L’enjeu de ces élections cantonales est décisif : Il s’agit, ni plus ni moins que de l’avenir de nos départements. A l’heure actuelle, la plupart d’entre eux sont confrontés à de graves difficultés financières, en raison du désengagement de l’Etat – qui transfère des compétences sans permettre aux départements d’avoir les moyens de financer ces dépenses obligatoires.

Ainsi, pour ne prendre qu’un exemple, les dépenses liées au RSA ont augmenté, en 2010 de 13% dans le Tarn, alors que dans le même temps le gouvernement a annoncé, pour les 3 ans qui viennent un gel des dotations aux collectivités territoriales …

Dans notre département, le PCF a tout fait pour parvenir à un accord en vue de ces élections cantonales avec d’autres formations, notamment le Parti de gauche et les Alternatifs.

C’est à notre initiative qu’une déclaration commune a été cosignée dès le mois de décembre. Un accord a été signé entre nos formations, accord qui s’applique dans 19 cantons sur 21 où nous présentons des candidats.

Dans seulement deux cantons, nous ne sommes pas parvenus à trouver un terrain d’entente avec nos partenaires : cela n’a rien de dramatique, pour peu que l’on présente les choses clairement et honnêtement.

Dans le canton de Saint-Paul Cap de Joux, il n’a pas été possible de parvenir à un accord avec B. Cottaz-Cordier, représentant du Parti de gauche. Il a souhaité présenter sa candidature (avec le soutien de son parti et des Alternatifs) mais il ne peut se prévaloir, contrairement à ce qu’il a écrit dans la presse - notamment dans le Tarn Libre - et dans plusieurs de ses tracts, du soutien du PCF et du Front de gauche (le PCF étant la force principale du Front de gauche), ni au plan départemental, ni au plan national.

Nous regrettons vivement que la communication de ce candidat (avec plusieurs tracts et articles de presse) vise à semer délibérément la confusion et le trouble auprès des électeurs.

Pour le PCF, les choses sont extrêmement claires :

Sur ce canton, nous soutenons la candidate présentée par le PCF, Claudine Frassin, déjà candidate en 1998 et en 2004, impliquée dans une association humanitaire et qui vit depuis longtemps dans le canton de Saint-Paul.

Nous ne voulons pas entrer dans une polémique avec les autres candidats de gauche de ce canton. Notre adversaire de toujours, c’est la droite et l’extrême droite et ceux qui soutiennent cette politique, derrière le député Bernard Carayon.

Face à la droite et au patronat, nous faisons, depuis longtemps, le choix de l’action, du rassemblement et de la clarté politique : dans votre canton, comme au plan départemental, vous pouvez compter sur les élus communistes pour vous défendre, au quotidien.

Aux électeurs de se prononcer, en fonction de ce que portent les candidats, en fonction aussi de celles et ceux qu’ils connaissent.

C’est grâce aux élus communistes, Roland Foissac et Serge Entraygues, que les luttes trouvent leur relais dans l’assemblée départementale, c’est grâce à eux et à notre campagne que la question de la dette de l’Etat envers notre département, comme la bataille contre la « réforme » des collectivités territoriales sont au cœur de cette campagne électorale.

Avec plus de voix pour les candidats présentés et soutenus par le PCF – avec de nouveaux élus - le message sera clair, c’est le vote le plus déterminé face à la politique du pouvoir et du MEDEF, présent dans toutes les luttes, pour le service public, l’emploi, la défense de nos retraites et de nos acquis sociaux.

Ici comme ailleurs, vous pouvez compter sur les communistes et leurs amis, à vos côtés, dans les luttes comme à dans vos communes, au Parlement comme au Conseil général


calle

calle