Accueil du site | Accessibilité | Rechercher | Menu | Contenu | Plan du site | | Contact

PCF LAVAUR

PCF LAVAUR

 
Statistiques du site
Visites :
63 visiteur(s) connecté(s)
17 visiteurs par jour
29450 visiteurs depuis le début
Publication :
185 Articles
7 Brèves
5 Sites référencés

Encore plus nombreux, encore plus déterminés, encore plus forts pour le retrait du projet de loi Woerth !

22 octobre 2010


Loin de s’essouffler la lutte contre le projet de loi Woerth a franchi une nouvelle étape. De nouvelles professions rejoignent la lutte (les raffineries, les transporteurs ).

Les jeunes ont fait irruption en masse dans le mouvement.

Ils sont directement touchés par ce projet de loi. Si les plus âgés travaillent plus longtemps, les jeunes attendront deux ans de plus avant de trouver un emploi. C’est inacceptable.

La mobilisation massive de la jeunesse est déterminante.

Le gouvernement a osé les traiter d’irresponsables. Pourtant le gouvernement a fixé la majorité pénale à 13 ans. C’est à partir de cet âge qu’ils peuvent être incarcérés. Les patrons peuvent faire travailler les jeunes en apprentissage dès l’âge de 14 ans mais la plupart des trimestres d’apprentissage ne sont pas validés pour le calcul de la retraite. Les adolescents auraient le droit d’aller en prison, d’être exploités mais pas de manifester pour la formation, l’emploi et les salaires !

Le gouvernement voudrait faire croire à ceux qui sont déjà à la retraite qu’ils ne sont pas concernés. C’est faux !

Si la loi Woerth passe, dès décembre leur CSG va augmenter fortement au nom de la dépendance. Dans les six premiers mois de l’année, les entreprises du CAC 40 ont engrangé 41 milliards d’euros de profit , presque le triple du « déficit » fabriqué de la Sécurité sociale. C’est là qu’il faut frapper ! Au cœur du système : les patrons et les capitalistes. Ils ne comprennent que le langage de la lutte des classes, et en particulier la grève.

Communistes, nous plaçons nos propositions dans cette perspective.

Nous écartons toutes les tentatives de diversion vers 2012, vers les élections cantonales, ou vers un référendum. Nous savons que le PS et une partie de la gauche acceptent l’allongement de la durée de cotisation (42 ans) dans le droit fil des textes européens signés en mars 2002 à Lisbonne par Jospin.

L’alternative politique se trouve dans les luttes.

Ensemble gagnons le retrait du projet de loi sur les retraites contre le gouvernement et le Medef, la reconquête de la retraite à 60 ans pour tous à taux plein après 37,5 années de cotisation comme avant 1993 et la prise en compte des périodes de chômage, de temps partiel , des stages et des études.


calle

calle