Accueil du site | Accessibilité | Rechercher | Menu | Contenu | Plan du site | | Contact

PCF LAVAUR

PCF LAVAUR

 
Statistiques du site
Visites :
27 visiteur(s) connecté(s)
19 visiteurs par jour
32750 visiteurs depuis le début
Publication :
190 Articles
7 Brèves
5 Sites référencés

communiqué - manif du samedi 5 février 2005 à Lavaur

23 février 2005 - Dernier ajout 2 mars 2005


A L’appel du SNPES/FSU, du PCF, de l FSU, de la LDH, de Rasl’front, du SM, de la LCR.

Du jamais vu à Lavaur, une manifestation de grande ampleur s’est déployée dans les rues ce samedi 5 février 2005, jour de marché, alors qu’un appel à manifester ( à cette date, à la même heure), contre la remise en cause de la RTT a été particulièrement bien suivi dans les grandes villes voisines ( Toulouse et Albi).

Pendant plus de deux heures, 800 manifestants ont défilé dans les rues de la ville, des lycéens aux retraités en passant par les travailleurs sociaux, enseignants, hospitaliers, parents, ou chômeurs du Tarn et des départements voisins, ont protesté bruyamment contre les décisions de ce gouvernement axées sur le tout répressif laissant pour compte les politiques constructives à l’égard de la jeunesse notamment celle en difficulté.

Des slogans sur le mode « la vie ne s’apprend pas en prison », « pas de prison pour les mineurs, ni ici, ni ailleurs », « des sous pour l’éducation, non aux prisons » ont vivement dénoncé le projet de construction d’une prison pour mineurs de 13 à 18 ans. Alors que le budget pour l’éducation, la prévention et l’insertion sont soumis à des réductions drastiques, les manifestants ont protesté sur tous les tons ( amplifiés par la sono solidaire de Sud PTT ) pour exiger le retrait de ces projets de prison.

En fin de manifestation, des prises de parole ont témoigné des obstacles rencontrés par certains jeunes vauréens pour accéder à la formation ou aux dispositifs préparatoires à l’emploi. D’autres ont décrié la propagande du maire de Lavaur à propos des prisons comme étant créatrices d’emplois. Ils ont aussi dénoncé lé désinformation entretenue sur les mineurs en détention et le mépris affiché sur les questions d’éducation.

Perben, venu le 31 janvier pour inaugurer la maquette de la première « PRISON-ECOLE » a disparu sans prévenir alors que nous l’attendions pour une audience promise... Pour poursuivre le mouvement, des perspectives locales sont retenues :
-  les députés de la région seront interpellés pour une prise de position
-  la signature de la pétition continue ( + de 1800 signatures à ce jour)
-  la campagne d’information doit s’amplifier par la tenue de réunions publiques
-  en vue d’une manifestation qui pourrait se tenir à Toulouse devant la préfecture de région.

C’est pour juillet 2005 que le premier mur est annoncé !

Nous avons informé de l’émergence de collectifs anti EPM à partir des lieux d’implantation des 6 autres prisons pour mineurs prévues à Marseille, Lyon, 2 à Paris, Nantes et Valenciennes. La presse écrite ( locale et quelques quotidiens nationaux et les médias audio visuel et radiophoniques ont bien couvert la manifestation ( Fr3, A2, TLT, France Inter, Sud Radio, Radio Mon Païs, Canal Sud, RTL... ) régulièrement les porte-parole du PC, SM, JDH et SNPES sont sollicités pour analyser les enjeux d’une telle politique.

Fin du communiqué en date du 8 février 2005

Les photos de la manif


calle

calle